Name
Emploi et droits

Actualités

21.11.2022

Semaine volontaire de 4 jours // Rien à voir avec une réduction du temps de travail

Depuis le 20 novembre, il est possible de prester une semaine de travail complète en 4 jours au lieu de 5. Cette mesure s'inscrit dans le cadre du jobsdeal élaboré par le gouvernement De Croo et a pour but affiché de permettre une meilleure conciliation vie privée et travail. Dans les faits, il s’agit de faire en 4 jours ce que le travailleur réalise habituellement en 5. On parlera donc d’une semaine de travail compressée, plutôt que d'une véritable semaine de 4 jours avec réduction du temps de travail, qui était la revendication de la FGTB.

19.05.2022

Deal pour l’emploi // Des ajustements sont nécessaires !

Ce mardi 17 mai, le Conseil national du travail a rendu un avis partagé sur le « jobsdeal » (ou « deal pour l’emploi », la loi sur la réforme le marché du travail). La FGTB a examiné en détails les mesures gouvernementales visant à modifier l'organisation du travail. Si nous notons un certain nombre de mesures positives - comme l'extension du droit individuel à la formation ou le droit à la « déconnexion » - un certain nombre de points doivent être ajustés.

24.02.2022

"Deal pour l'emploi" // Quel deal ?

Sur base des informations disponibles, la FGTB a décodé le contenu de l’accord intervenu au sein du gouvernement Vivaldi sur la réforme du marché du travail. Ce qu'on y trouve ? Des avancées timides... payées très cher par des reculs majeurs. Côté patronal, ils sont plutôt contents. Pas étonnant puisque ce « deal » répond à leurs revendications. Mais cette réforme répond-elle aux préoccupations et aux angoisses du monde du travail  ? Nous ne le pensons pas.

Communiqués de presse

16.02.2022

Jamais une déclaration gouvernementale n’avait autant cité les mots « concertation sociale ». Dans les faits, les organisations syndicales sont très souvent contournées. La réforme du travail qui vient d’être présentée répond en grande partie aux revendications patronales.

28.10.2021

Suite à l’élargissement de l’utilisation du Covid Safe Ticket (CST), les interlocuteurs sociaux ont adopté une position très claire : étant donné que les informations qui figurent sur le CST concernent des données relatives à la santé (statut vaccinal, avoir déjà été infecté au Covid-19, etc.), l'employeur n'est pas autorisé à le demander aux salarié.e.s, ni à s'enquérir de leur statut vaccinal individuel.