sante-et-securite
Name
Santé et sécurité

Actualités

05.07.2022

Les syndicats rejettent les sanctions inefficaces contre les malades de longue durée

Dans une lettre adressée aux membres du parlement, les trois syndicats appellent à rejeter le projet de loi relatif à la responsabilisation des travailleurs dans le cadre des « trajectoires de retour au travail ».

11.05.2022

La remise au travail des malades doit être une démarche volontaire et positive. Non aux sanctions !

Voici deux semaines, à l’unanimité, les interlocuteurs sociaux s’opposaient une fois de plus à tout mécanisme de sanction dans le cadre de la réintégration des malades de longue durée sur le marché de travail. Plusieurs avis ont été émis en ce sens, émanant tant du CNT que du comité de gestion de l’INAMI. Les interlocuteurs sociaux y insistent sur le fait que cette réintégration doit se faire sur base volontaire, avec un accompagnement des personnes malades qui souhaitent reprendre un travail. Ils demandent qu’une approche positive soit adoptée.

28.04.2021

Santé et la sécurité au travail \\ des conditions de travail sûres et saines en période de Covid-19

Depuis le début de la pandémie, on a dénombré plus de 500.000 décès dus au coronavirus dans l’Union européenne, parmi lesquels figurent des milliers de travailleurs et travailleuses qui l’ont contracté sur le lieu de travail. À ceux-ci, s’ajoutent plus de 100.000 travailleurs décédés en 2020 en Europe d’un accident du travail, d’un cancer professionnel ou d’une autre maladie professionnelle.

Communiqués de presse

22.07.2022

Le 24 juillet 2021, la Centrale générale de la FGTB organisait la première journée en l'honneur des travailleurs de nuit et en équipes. Il est temps de rendre hommage à tous les travailleurs concernés.

05.01.2022

Assouplissement de la quarantaine : le monde du travail n'a pas eu son mot à dire. Au lendemain des fêtes, le Gouvernement prenait une première résolution pour 2022 : les règles de quarantaine suite à un « contact à haut risque » seront considérablement assouplies, voire réduites à peau de chagrin, en fonction du statut vaccinal de la personne concernée. Une décision prise avec une rapidité déconcertante, puisqu'elle arrive quasi immédiatement après une demande de la FEB en ce sens.